Suivi des travaux en cours

Pose du plafond rampant dans la petite sacristie.

Afin de mettre en évidence la litre funéraire de la petite sacristie, le plafond XIXème a été dégagé et remplacé par un plafond rampant en sous pente de la toiture.
 
Les travaux ont été réalisés par le menuisier Bertrand Poncelet qui intervient régulièrement avec l’équipe du conservatoire Muro Dell’Arte.
Le plafond est constitué de planches de peuplier ; entre chaque planche un espace de dilatation est aménagé et recouvert par un joint de bois, pointé au clou forgé sur les chevrons existants de la toiture.
 
Lors de la finition des murs de la petite sacristie, et après que la litre funéraire (peinture murale) ait été restaurée,  les restauratrices appliqueront un badigeon de finition, permettant à ce plafond de bien s’intégrer dans l’ensemble.
Ce travail a été réalisé de mains de maître par Bertrand Poncelet qui a une grande expérience dans la restauration des monuments historiques, et qui a le sens du détail : il fait appel au dernier fabricant de clous forgés à la main !

Début des travaux le 10 avril !

Les travaux ont débuté ce lundi 10 avril 2017.

 

Le Conservatoire Murro dell'Arte dirigé par Sabine de Freitas s'attaque à la 1ère tranche des travaux.

 

Tout d'abord, les enduits en ciment posés à l'intérieur de l'église, à l'origine des dégradations des fresques, seront ôtés. Alexandre Cadena, spécialiste des maçonneries traditionnelles, est en charge de ce volet des travaux. Il est accompagné par 2 stagiaires inscrits à la Mission Locale de l'Antenne Sud Mayenne. L'objectif de leur stage est de s'initier aux techniques de restauration du patrimoine bâti.

 

Autre volet de cette 1ère tranche de  travaux : la conservation et la restauration des décors de la fin du Moyen Age se trouvant dans un petit local accolé à la sacristie. Certains des décors sont masqués par plusieurs couches de chaux, et d'autres sont cachés en partie au dessus d'une voûte de bois construite au XIXème siècle. Dans un premier temps, la voûte a été décaissée permettant de rendre visibles les peintures murales médiévales. Ensuite Sabine de Freitas restaurera ces peintures. Enfin, Bertrand Poncelet, menuisier pour le Conservatoire Murro dell'Arte  réalisera un plafond rampant remplaçant la voûte, mais posé plus haut de manière à rendre visible l'ensemble des peintures.

 

Dernier volet de cette 1ère tranche: la restauration et la mise en valeur de l'arc roman daté du XIIème siècle.

 

Les deux photographies des restaurateurs au travail sont celles de Dominique Vernier du Conseil départemental de la Mayenne : © Dominique Vernier/CD53.