Restauration en cours

Les travaux de restauration ont pu démarrer début avril 2017. Ils se sont déroulés en 3 tranches (voir photos en bas de page) :
1ère tranche :

  • Purge des enduits ciments remplacés par un enduit à la chaux naturelle sur tout le pourtour intérieur de l’église ;
  • Consolidation et mise en valeur de l’arc roman, traitement des enduits du porche;
  • Restauration de la petite sacristie (ex-chapelle seigneuriale) : traitement des enduits, retrait du plafond vouté en torchis pour le remplacer par un plafond rampant en bois afin de dégager les peintures médiévales ; restauration de la litre seigneuriale à fresque comprenant des blasons et armoiries du 15e.

2ème tranche :

  • Consolidation et restauration des peintures 19e : décors ornementaux, tableaux et scènes historiées ;
  • Restauration du fragment de peinture médiévale de l’intrados sud daté fin 15e.

3ème tranche :

Restauration des 3 retables, le Maitre autel et les deux autels latéraux.
- Travaux supplémentaires réalisés en 2018:

  • Pose d’un drain extérieur à la base du mur du bas côté nord ;
  • Restauration des bancs bas cotés nord.

Comme prévu initialement, les travaux de restauration sont achevés depuis début juillet, mis à part les deux retables latéraux qui nécessitent des travaux supplémentaires en 2019.
4ème tranche (à partir de février 2019) :

  • Retables latéraux : Lors de la mise en place des échafaudages pour entamer la restauration des retables, il a fallu retirer les deux autels en bois. Leur retrait a été plus compliqué que prévu tellement leur état était dégradé, notamment l’autel nord dont la base était totalement délitée, d’où la nécessité de les consolider avant qu’ils soient repeints à l’identique.
  • Retable du maître-autel. La restauration du retable en tant que tel est achevée. Cependant, la restauration de l’autel en marbre n’était pas à l’ordre du jour, et donc pas pris en compte. Or il s’avère qu’il présente de nombreuses fissures et, même à certains endroits, des éclatements de matière.

Restauration du marbre de l’autel :

La construction de l’autel en marbre à la fin du 19e a été effectuée autour d’un ancien autel. Toujours en place, ce dernier se présente en un volume quadrangulaire en pierre calcaires appareillée.
Il apparait que la structure métallique qui supporte l’ensemble est oxydée et boursouflée. Par conséquent, l’expansion du métal a provoqué l’ouverture des joints d’assemblages sur les trois faces de l’autel et parfois un éclatement du marbre.

Traitement : Les travaux sont une mesure conservatoire et de sécurité afin d’éviter la chute et le bris de l’autel. L’essentiel de l’intervention concerne le retrait du métal oxydé et l’adaptation d’un nouveau dispositif inoxydable de solidarisation. Le nettoyage de l’autel et l’élimination des restaurations anciennes compléteront ce traitement.

  • Restauration des menuiseries autour de l’autel :

Cartouches en bois présentant les armoiries : la structure en bois de ces deux cartouches est très abimée suite à la contamination des vers avec, à certains endroits une perte de matière. Ils seront reconstitués en bis de tilleul et les armoiries peintes sur verre seront consolidés avant leur encollage.
Les armoiries qui sont en place actuellement sont des photocopies des originaux qui ont été récemment retrouvés : elles seront restaurées.

Armoiries du pape Pie IX                                                        Armoiries de Casimir Wicart, 1er évêque de Laval

Restauration des peintures découvertes sur l’arc de triomphe.
Lors de leur intervention, les restauratrices ont découvert que les deux côtés de l’arc de triomphe avaient été peints avec l’ensemble de la mise en peinture de l’église au 19ème. Ces peintures avaient été masquées par la suite par des repeints neutres.

Arc de triomphe : côté choeur                                                                                             Arc de triomphe : côté nef

Le dégagement de ces repeints et la consolidation des peintures originelles permettraient de redonner une continuité des décors et un éclat supplémentaire à l’église, d’autant que l’arc de triomphe présente un aspect symbolique particulier dans l’iconographie religieuse.
Il est donc proposé de dégager le repeint côté nef (côté choeur c’est déjà fait), de consolider l’ensemble et de traiter les lacunes avec un badigeon de chaux sur les deux côtés afin de restaurer picturalement ensuite les zones lacunaires sur les deux décors.